Une ville, un rendez-vous.
Chaque histoire se termine au moment même où la rencontre semble promettre que quelque chose va arriver sans que le lecteur ne sache s'il s'agira d'un drame ou d'une bonne surprise.

-Rendez-vous à Rio
-Rendez-vous à Montréal
-Rendez-vous à Bagdad
-Rendez-vous à Luxembourg
-Rendez-vous à Paris






Vous aurez de mes nouvelles...



Au gré des voyages, une ville, une nouvelle


L'affaire Schlumpf
EN 1977 ,suite au dépôt de bilan annoncé par leur PDG,  plusieurs centaines de salariés du groupe textile Schlumpf en Alsace investissent un hangar de la  filature de Mulhouse. Ils y découvrent un véritable musée automobile réunissant 56O véhicules de collection. Fritz Schlumpf passionné de voitures a-t-il sacrifié son groupe pour assouvir sa passion? Ce n'est pas aussi simple...

Cigarette russe
Comment une cigarette fumée en 2009 ravive les souvenirs d'une femme qui se rappelle la première fois qu'elle a fumé. C'était à Ravensbrûck, le 30 avril 1945. L''armée rouge venait libérer le camp où quelques femmes étaient encore là, à survivre, fantômes errants à l'intérieur des baraques. (image; Jean-Jacques Mrejen, son: Jean-Daniel Bécache, montage: Jean-Pierre Sanchez)
Strasbourg/Périgueux
En 1939, la ville de Strasbourg se trouve en première ligne du conflit franco-allemand. Comment protéger sa population? En évacuant la ville, en déplaçant les populations vers une terre inconnue : le Périgord. (extrait d'un documentaire de 52 minutes pour France 5/France 3 Alsace, prod.la lanterne)
Enfants clandestins
Durant la seconde guerre mondiale, pour protéger les enfants de l'occupation nazie, parallèlement aux initiatives individuelles, des organisations structurées telles que l'OSE vont tisser leur réseau d'entraide sur tout le territoire. Qu'ils aient été nourrissons ou adolescents, les enfants devaient être protégés, cachés. Certains, comme Jules Bloch, sont entrés en résistance. Ils avaient raison de croire au père Noël.
(extrait d'un documentaire de 52 minutes pour France 3 Alsace,/France 3 Aquitaine)
Enfants clandestins (extrait 2)
Les camps d'internement se répandent partout en France. Les enfants y sont protégés par quelques internés volontaires lorsque leurs parents déportés , ne sont plus là pour s'en occuper. L'enjeu pour les associations : sortir les enfants des camps et leur trouver des familles d'accueil, des couvents. Parmi ces enfants, trois soeurs, Félicia, Thérèse et Paulette Barbanel , internées plusieurs fois au camp de Poitiers, (extrait de 15')
Enfants clandestins (extrait 3)
Le Magelier fait partie de ces lieux qui ont recueilli des centaines d'enfants durant l'occupation. Enfants cachés sous une fausse identité, enfants orphelins, ils n'étaient pas pour autant tirés d'affaire, la politique collaborationniste du gouvernement de Vichy cherchant même à partir de 1942 à dénicher les enfants juifs. Parmi eux, rescapé, Charles Lew se souvient de ceux qui n'ont pas eu cette chance. Avec le témoignage de Georges Loinger,
Otages en france
La guerre entre l'Allemagne et la France en 1914 commence par l'entrée des troupes françaises en Alsace et en Lorraine, territoires allemands depuis la fin du conflit de 1870. L'armée française retourne sur ses bases arrières en emportant avec elle plus de 500 otages qu'elle va trimbaler 4 ans durant, de camps d'internement en camp, de l'Est jusqu'au Sud de la France, sans trop savoir que faire de cette monnaie d'échange particulière. Parmi ces hommes et ces femmes, François Laurent, greffier au tribunal de Lorquin au moment de son arrestation, a retracé le récit de ces 4 ans de captivité.
(extrait 1 d'un documentaire de 52' pour France 3 Alsace et France 3 Lorraine, avec l'historien Stéphane Audouin-Rouzeau).
Jean Mineur 1
extrait d'un documentaire de 26 minutes pour Byzance film, cercle bleu et France 3 Nord pas de Calais
Jean Mineur 2
Retour sur la vie et l'oeuvre de l'inventeur de la publicité au cinéma.
Jean Mineur 3
Le Contesté
Du début du 17° siècle jusqu'au début du 20°, la France et le Portugal puis le Brésil se sont disputés un morceau du plateau des Guyanes. Si le but des colonisateurs était de posséder ces immensités vertes, c'est parce que ce refuge des peuples d'Amazonie, véhiculait le mythe de l'Eldorado. Il faudra recourir à l'arbitrage international de la Suisse en 1900 pour que Français et Brésiliens conviennent du tracé, sur le fleuve Oyapock, d'une frontière que plus personne ne conteste aujourd'hui.
(extrait d'un documentaire de 52' pour Canal+ Overseas, les prod de la lanterne)